Vous êtes ici : Accueil > ENSEIGNEMENTS > Langues et cultures de l’Antiquité > Servus, servi, m.
Publié : 18 mai

Servus, servi, m.


« Familia Iulii multos servos habet. »

« La famille de Julius possède de nombreux esclaves. »


En latin, comme en français, les mots évoluent au fil du temps, ils passent parfois d’un sens concret à un sens abstrait ou d’un sens particulier à un sens plus général.


C’est ce qui est arrivé au mot servus, servi, m. : l’esclave. Il ne désigne tout d’abord que celui qui garde le troupeau, puis ce rôle de gardien fut confié aux prisonniers de guerre ainsi que la plupart des autres besognes et le mot, de rural (attaché à la campagne) qu’il était, est devenu général pour désigner l’esclave. On retrouve cette idée de surveillance dans le français observer, par exemple.

Portfolio automatique :